L'art du pop up

Apprenez à créer des pop up books & livres animés

Mois : novembre 2012

La grenouille toute jolie

TUTO : comment faire une grenouille pop up toute en délicatesse

Aujourd’hui on voit comment faire une grenouille pop up toute en délicatesse. En plus d’être jolie, elle est simple à réaliser, tout en permettant de travailler le découpage, le pliage et le collage.

Grenouille classique vs délicate

La grenouille classique, c’est ça :

La grenouille que l’on fera ensemble, c’est ça :

La grenouille toute jolie

De la délicatesse, de jolis yeux, de mignonnes petites pattes. Et ce n’est pas plus compliqué que la grenouille classique !

Matériel et plan du tutoriel

On se prépare à travailler avec :

  • le matériel de base, avec notamment le plioir et le scalpel
  • du papier rouge et vert, avec un grammage de 150 à 160 grammes / m²
  • du papier blanc, même grammage, pour les essais
  • une table propre et dégagée
  • 30 minutes devant soi
Pour le papier, prendre de belles couleurs : un rouge qui pète, un vert foncé, mais pas trop. On va aborder :
  • le pli en bec symétrique pleine page
  • comment passer d’une grenouille banale à une jolie grenouille
  • le jeu de couleur entre l’avant et le fond
  • comment une découpe complète un pli pop up
  • la finition des pages en égalisant les bords

Le pli de base

Pour faire une grenouille, on répète un pli de base : le bec symétrique en pleine page. Pourquoi ce nom ?
Parce que :

  • le pli a la forme d’un bec
  • il est symétrique, les longueurs sont identiques de chaque coté du pli
  • et il est fait dans la page elle même, via une coupe et des pliages, sans ajout de pièce de papier.

Le bec est très simple :

  1. On prend un pli vallée via une page support (papier plié refermé sur lui même)
  2. On trace une oblique
  3. On marque et on plie l’oblique
  4. On rentre le bec à l’intérieur du pli vallée
En ouvrant le pli vallée, le bec se déploie, pour être plat lorsque la page est complètement ouverte.

Commencer comme une grenouille de base…

On prépare des pages rouges et vertes au format A5. Pour ce tutoriel, la page verte est remplacée par du blanc : on voit mieux les traits.

La grenouille de base, c’est 2 plis en bec pour la bouche : un grand en haut, un plus petit en bas. On coupe la page à l’horizontale avec le scalpel ou des ciseaux puis on plie les becs. Attention aux pointes des becs, c’est un endroit délicat à plier.

Pour les yeux, rebelote : 2 becs pour chaque oeil sur l’arête du bec en haut.

On place la feuille sur le fond rouge : on a (quasiment) notre grenouille de base !

 

…et en faire une grenouille toute en délicatesse

On ajoute d’abord les pattes :

Pour ça, on découpe au scalpel une sorte de « triple-V ». L’entaille laisse apparaître le rouge de la feuille de fond. Le « triple-V » est anguleux et très graphique, il s’accorde très bien avec la bouche et les yeux qui ont des formes très droites.

Comment, où placer les pattes ?

Testez différentes formes  et différentes tailles sur un brouillon, au feutre, puis découpez la forme dans un morceau de papier vert. Posez le sur du papier rouge et sur la grenouille, pour trouver la meilleure position. On place les pattes symétriquement selon le pli principal de la page. On déplie la bouche, on fait attention à ne pas couper dedans !

On termine avec le nez :

Le scalpel est indispensable pour faire de minuscules entailles.

Coller et égaliser les pages

La grenouille possède des découpes pour les pattes et des obliques pour la bouche et les yeux. Pour coller facilement sans déborder dans toutes ces découpes, on colle seulement le bord de la feuille.

On cale la pièce avec la tête dans la page support rouge. On encolle une bande de 2 à 4 cm sur le bord (selon le format de votre papier et la taille de la grenouille), on presse les feuilles ensemble; on recommence de l’autre coté. On place sous un gros livre pour avoir un collage fort.

Une fois la colle séchée, on termine en égalisant le bord des pages. Les pages intérieure et extérieure ne sont pas forcément alignées, la page intérieure dépasse un peu. On coupe ce qui dépasse au scalpel (ou aux ciseaux, mais c’est moins net) parallèlement au pli de la page, puis on recommence sur les bords du haut et du bas. La grenouille est terminée !

La grenouille terminée :

A retenir

Pour faire une jolie grenouille :

  • on utilise du beau papier rouge  et vert, en 150 à 160 grammes / m²
  • on a besoin d’un scalpel et d’un plioir (investissez dans le matériel ! )
  • on se sert d’un seul pli : le bec symétrique pleine page, répété plusieurs fois
  • on découpe les pattes de manière très graphique au scalpel
  • on fait de minuscules narines au scalpel
  • on termine en collant seulement une bande de chaque coté de la page et …
  • … on égalise les pages, pour un rendu soigné, ouvert comme fermé.
A vos scalpels !

 

Accordéon - à la verticale

TUTO : faire une reliure en accordéon

La reliure en accordéon est simple, jolie et très pratique. Relier en accordéon permet de :

  • regrouper ses travaux, exercices, essais de pop up;
  • faire un livre de démonstration, à présenter lors de salons d’édition;
  • fabriquer un bel objet et se faire plaisir

Matériel à utiliser

Le matériel nécessaire est assez basique :

  • les outils de base pour couper, coller, plier
  • papier du même format que les pages à assembler
  • les pages à assembler

Préparer les bandes de collage

Pour relier en accordéon, on assemble les pages du pop up via des bandes de papier. Ces bandes font office de charnières entre les pages.

En pratique :
  1. On place les bandes dans la longueur de la page, même taille que les pages à assembler
  2. On trace des bandes de 4 cm de large, avec une marque à mi largeur (2 cm)
  3. On découpe chaque bande
  4. On marque et on plie les bandes au milieu
Traits tous les 2 cm / 4 cmMarquage du pli avant la coupe
Bandes coupéesBandes pliées

Assembler les pages

On met les pages dans l’ordre, puis on prend les deux premières pages.
 On encolle le bord extérieur à l’arrière de la 1ère page, on colle la languette. On veille à avoir les tranches de la page et de la charnière bien parallèles. On peut se repérer avec une feuille à carreaux. On presse la zone de collage pour avoir une bonne adhérence.
Collage en cours
On encolle la languette, puis on y colle la 2ème page, on veille au parallélisme et on presse le tout.
On vérifie le collage en dépliant l’accordéon. Et on recommence avec les pages suivantes.

Résultat et dernières astuces

On obtient un accordéon assez sympa à déplier (bon, ça dépend fortement de la qualité des pop up 😉 ) et qui est très efficace visuellement.
Accordéon - à la verticale
Dernière astuces :
  1. Préparez un stock de languettes dans les différents formats de pages pour gagner du temps.
  2. Utilisez de la colle en bâton pour une finition propre et un travail simple.
  3. Faites vos exercices en 2 couleurs : une couleur pour la page, une autre couleur pour le pop up et la reliure. L’alternance des couleurs fera son petit effet.
  4. Regroupez vos essais par thèmes : essais d’angles; plis parallèles; roues; tirettes; sujet « A »; sujet « B »
  5. Racontez une histoire tout au long de l’accordéon
A vous de jouer !
Vous pouvez commencer avec les différentes grenouilles !
Accordéon - à plat
Pierre, papier, ciseaux... accordéon !Pierre, papier, ciseaux... accordéon ! (2)

TUTO : Comment faire pour préparer les pages support d’un livre pop up

Aujourd’hui on va voir comment préparer les pages support pour créer un livre pop up.

Préparer les pages support, ça veut dire quoi au juste ? Je parle de fabriquer les pages qui serviront de base au pop up – que ce soit une scène de pop up complète ou simplement un essai de pli de pop up. Avoir un stock de pages prêtes à l’emploi permet de faire ensuite du pop up sans s’arrêter entre chaque essai.

La taille et son importance

Pour les exercices, je conseille d’utiliser un format de page A5 (= A4 coupé en 2). Soit on trouve des feuilles au format A5 (en bloc canson par exemple), soit on doit les couper. Si c’est pour faire un livre fini, mieux vaut les couper à partir d’A4: le bloc laisse une bande de colle de 3-4 mm, pas super pour la finition.

Pour couper

Les plus chanceux, les mieux équipés, ont une cisaille (ou massicot) : dans ce cas, il suffit de régler la butée sur le format A5, de couper, vérifier que la taille est bonne puis couper plusieurs feuilles : on aura une réserve.

Je déconseille la rogneuse (vous savez, c’est une sorte de lame de cutter qui glisse le long d’une règle coulissante) : bien souvent on n’a pas de butée pour la mesure, et en plus on risque de massacrer sa feuille en cas de bourrage. Une cisaille offre une coupe plus nette et plus sûre que la rogneuse.

Pas de cisaille ? Pas de soucis ! Avec une règle en acier et un scalpel (ou cutter), vous vous en sortirez. Vous marquerez le milieu de page en haut et en bas au crayon à papier (ou avec le scalpel) avant de couper au cutter avec la règle. C’est une erreur de tracer au crayon toute la ligne à découper : ça ajoute une étape de gommage des traits, salit la table de travail et risque d’abîmer le papier.

Plier proprement la page au milieu

Ici aussi, on va éviter les traits :

  • un point au crayon de bois au milieu, en haut et en bas
  • ou alors une petite marque de plioir
Ensuite, on marque avec le plioir et la règle. En marquant le pli, on écrase le papier, sans abîmer sa surface. On utilise une règle en plastique ou en bois, pour ne pas user le plioir sur du métal trop dur.
Enfin on plie le papier. On garde la règle le long de la marque, on utilise une page de brouillon pour couvrir le pli et on aplatit bien le papier au plioir. Ça évite le lissage (brillant) du papier.
plier : le long de la règle, avec une page de protection et le plioir

aplatir : avec une feuille de protection et le plioir à plat

Nos pages sont prêtes, on peut faire du pop up !

Je recommande de se faire un stock de 5 à 10 pages prêtes à l’emploi. Comme ça on peut faire plein de tests à la suite 🙂

Résultats du concours oh pop-up

Les résultats du 1er concours de pop up organisé par oh pop-up sont tombés. Avant de les découvrir, passage en revue de ma proposition : Lucha Libre

Lucha Libre – mon pop up

Lucha libre, c’est le catch mexicain, et c’est bien plus que ça : c’est un sport, un folklore, une imagerie.

Lucha libre - concours pop up

Le pop up représente le masque du lutteur en vert, décoré de motifs  jaunes. En bas, une bannière surélevée barre la feuille d’un Lucha libre dans une police mexicanisante.

La feuille de support est travaillée elle aussi : c’est une carte montrant à la fois le parcours du lutteur (sa tournée) et son évolution (les statistiques sportives). Je l’ai fait via une carte topographique d’un pays d’Afrique, le projet de train pour Douala de 1959 (!!!).

J’ai travaillé la cohérence esthétique de la scène : couleurs (dont le papier jauni), motifs, police d’écriture, feuille de support. Coté technique, c’était faiblard : je suis pour la simplicité, le minimalisme, mais 2 plis (dont un plan parallèle bancal) sur un format A3, j’avoue que c’était trop peu.

Les résultats du concours

Lucha libre a fini 11e sur les 20 participants. Les 3 premiers ont réalisé des pop up dignes d’être édités en 2012 : très clairs (lisibles), colorés, graphiques, « simples », maîtrisés, bien découpés et colorés. Le 4e pop up est lui aussi basé sur des cartes géographiques 🙂

Je n’ai pas noté de pop up extraordinaires par leur originalité (sujet ou traitement) ou leur technique. Les pop up gagnants étaient assez symétriques; à noter un seul pop up tout blanc, couleur qui n’est pas « finale » selon moi, sauf intégrée avec une autre couleur.

Tous les résultats ici, les photos là.

Ma participation – l’envers du pop up

Le concours a été annoncé début septembre, avec pour date limite fin octobre (le 27). C’est tombé dans la 1ère rentrée des classes de ma fille (ça s’est très bien passé, merci) et la rentrée en général : plein de boulot, plein de choses à faire. J’ai eu un peu de mal à gérer mon temps.

Je suis aussi parti sur un autre sujet que Lucha libre : un crabe géant mangeant des organes humains, pris d’assaut par de petits soldats en plastique (hommage aux amies mortes du cancer en 2011 et aux survivants de 2012) Projet trop ambitieux par rapport au temps disponible, je me suis donc rabattu sur Lucha libre.

Crabe pop up book

poumon - pop up book

 

La réalisation – un peu à la dernière minute a aussi entraîné une baisse de qualité : des traces de colle et le haut du masque qui se décolle, la bannière en bas assez mal ajustée.

Tout ceci explique que je suis moyennement satisfait de ma participation.

La suite

J’en ai tiré des leçons pour la suite (mon actualité et le concours 2013) :

Je ne participerai pas au national pop up store à Bruxelles (magasin artistique / design éphémère, dédié à la création belge) ( de toutes façons je ne suis pas belge …) ni à cart’art 2012 (pas le temps pour mi-novembre). On va éviter le stress de la montre et continuer à se faire plaisir en faisant du pop up (le plus important, pas vrai ?)

Pour le concours 2013, lors d’une discussion avec un collègue de sculpture on était d’accord : les concours de création artistiques se travaillent tout au long de l’année. On améliore sa technique, on explore différents sujets, on prend des notes, on crée des prototypes. Lorsque le concours arrive, on pioche dans ses travaux et on retravaille une base existante.

Le consours 2013 sera-t-il aussi ouvert (seule contrainte = le format A3) ou contraignant (sur le thème, la technique, autre chose …) ? A voir l’année prochaine. Aiguisez vos scalpels, le papier va saigner 🙂

En attendant, allez visiter l’expo de Brest à Morlaix et bons pop up à vous !

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén