L'art du pop up

Apprenez à créer des pop up books & livres animés

Livre commun : production en série

Sans ma barbe, quelle barbe

Corbier, poète philosophe.

Comme pour Pierre papier ciseaux après la création du livre, la deuxième phase de Jour de fête a commencé : la production en série.

Cette fois ci, je fais une seule page, avec 3 pièces à coller et en 50 exemplaires : au programme, 25 pour fin 2013 et le reste courant 2014.

Comment faire vite ?

Imprimer, couper, plier, coller : ça prend du temps. Le faire pour un prototype, c’est cool, on passe un bon moment à créer un pop up. Passée la nouveauté, c’est moins rigolo à faire à la chaîne.

Quelques trucs :

  • Les barbes sont entièrement noires : je les coupe via ma découpeuse Silhouette Cameo. J’ai mis du temps à préparer le tracé numérique, mais maintenant la machine coupe 9 barbes toute seule, en 5 minutes.
  • Pour la page support, je marque le pli central et les entailles en 2 minutes, via un gabarit. L’alignement est rapide et toujours le même.
  • Pour les plis de la barbe et du buste, idem, 2 gabarits. Simple et rapide la aussi.
  • Finir complètement quelques pages pour se voir avancer

Je limite le stock : ça sert à rien de faire 50 barbes si les autres pièces ne sont pas prêtes. J’ai 10 à 20 exemplaires découpés pour chaque pièce et je travaille sur 8 pages maximum en même temps. Je plie maximum 8 éléments avant de passer au collage : la jupe c’est 8 plis, pas super dur mais un peu long. En gros, c’est 8 exemplaires en 2 soirées…

Pour la suite

Pour le prochain bouquin, on va améliorer la production :

  • Avec la Silhouette Cameo, on peut aligner précisément la découpe sur un dessin imprimé. La machine utilise des marques au 4 coins de la page. A tester.
  • Si ça marche, je pourrai marquer les plis avant de découper, et encore gagner du temps.
  • Je pense séquestrer des membres de Pili pili (et du Cagibi !  et du 38 quai notre dame ! ) une après midi pour faire le montage en groupe rapidement.

S’il n’y a pas eu de video depuis Halloween, c’est la faute à la femme à barbe 🙂

Bon, je fais quoi pour la prochaine video ?

  1. Pour en savoir plus sur le plioir en os (sa vie, son oeuvre, comment l’utiliser …) appuyez sur 1
  2. Pour aborder un nouveau pli de base, appuyez sur 2
J’attends vos suggestions dans les commentaires !
Une dernière chose : j’ai obtenu mon congé parental ! J’aurai donc 2 après midi libres par semaine de janvier à octobre 2014 pour faire tourner la vie de famille et faire du pop up. Finies les video tournées la nuit à la bougie ! Je remercie chaleureusement mon patron (qui de toutes manières ne pouvait pas refuser cette demande de congé…)
Allez, à vos scalpels !

 

Précédent

Tutoriel video n°2 : le halo lumineux d’Halloween – video

Suivant

Little Frogs

  1. Hopopop, le congé parental c’est fait pour donner le sein, mec, pas pour faire la femme à barbe! Nan mais oh!

    Moi je vote 2, j’ai envie de savoir ce qu’est un plioir en os!

    Bon, sinon, tu abuses un peu, tu parles d’une merveilleuse machine qui découpe toute seule et tu fais comme si tout le monde la connaissait ah ah ah C’est quoi cette machine merveilleuse?!
    Là, ça demande explication+vidéo. Ou alors j’ai loupé une étape. Bref, je vais voir le reste sur ton flickr, peut être qu’il y aura des photos 🙂

    Bon courage mec! (Tu veux de l’aide gratos: fais plus de gosses!!! ah ah ah ah ah ah)

    • pascal

      Ha non tu confonds avec le congé paternité 🙂

      Ok, s’il n’y a pas plus de votes ce sera le plioir en os. La machine, ça viendra plus tard !

  2. michele

    Bonjour
    Je travaille aussi avec Silhouette studio
    Le plus long c’est vectoriser, mais après les découpes sont belles et on peut les reproduire indéfiniment
    Maintenant je peux en offrir plus facilement
    Amicalement
    Michele

    • pascal

      La vectorisation, c’est bien le plus embêtant. Je contourne ça en scannant les contours en noir puis en filtrant via Silhouette Studio. Mais bon, je débute, dur dur 😛

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén